L'inde : l'adorer ou la detester


"L'Inde, tu adores ou tu détestes ! Il n'y a pas d'entredeux". Cette phrase on nous l'a dite, avant notre premier voyage en Inde. A l'époque, ça a planté le décor tout en nous mettant une légère pression ... Allions nous adorer ou détester ? 3 petites semaines ont suffit à nous donner notre réponse. In Love ! On est tombé amoureux. On est aussi tombé de haut parfois. On en a pris plein les yeux. On a rencontré des gens exceptionnels. Mais trois semaines, c'est rien du tout dans ce pays immense, où chaque coin de rue te réserve son lot de surprise. C'est donc en toute logique que nous l'avons inclus dans notre tour du monde. Mais cette fois, nous y sommes restés deux mois et avons voyagé en moto. Deux mois en Inde, c’est une éternité. Pas dans le sens péjoratif du terme, mais quand t’as passé deux mois en Inde, c’est comme si t’en avais vécu six, tellement ton séjour a été intense dans ce pays qui ne s’arrête jamais de vivre ! Mais malgré ça, c'est encore tellement peu. On a l'impression d'avoir manqué tellement de chose. C'est pour ça. Faudra revenir. Encore. Et encore ! 

----------------------------------------------

Et si on l'aime tant, c'est parce qu'il ne ressemble à rien que l'on ne connaisse déjà ! Pour nous, c'est LE pays le plus éloigné de le France en bien des points :

 

 

- Déjà, tu manges avec les mains. Enfin la main (droite) : "Des couverts ? Pour quoi faire ? C'est tellement meilleur avec les mains ! "

 

- Ensuite au niveau de la langue : L'Hindi est quand même pas hyper hyper simple à comprendre. Et quand tu sais que d’une région à l’autre, ils ne se comprennent pas entre eux … 

 

- Quand tu t'intéresses au code la route (Au quoi ???) "Attention la vache ! Le chien ! La chèvre ! "

 

 - Et puis côté mode. Faut dire que c'est coloré dans les rues ! C'est beau ! "Mais les aisselles ? C’est tellement tabou, il faut que personne ne les voit. Par contre tu peux mettre un sari et montrer ton ventre. Oui ! Ca c'est bon ça ! "

 

 - Enfin, quand tu partages la culture Hindoue, c'est (légèrement) surprenant : " Non vraiment, je ne vois pas ce qui vous affole : marcher pieds-nus au milieu d'un Temple dédié à l'adoration des rats, est tout ce qu'il y'a de plus normal. Evidemment qu'il y aura des rats. Mors et vivants oui ! Evidemment. "

Alors oui, tu es plein d’a priori et on te comprend, mais une fois sur place tu as deux possibilités : soit te focaliser sur toutes ces petites choses qui sont tellement différentes de chez toi, et là, c’est choisir de vivre un enfer ...

 

 

... Soit t’amuser de ces différences et t’en servir pour t’enrichir des autres et te créer des souvenirs (et anecdotes) exceptionnel(le)s.

 

 

 Nous on a opté pour l’option enrichissement personnel et aventure POSITIVE !

 

Et on l’avoue, c’était pas tous les jours simples….

 

Quand tu prends un taxi mais que le mec te demande à toi, de lui indiquer la route, quand tu roules pendant des heures à moto et que tu sens plus tes fesses, quand t’as un souci sur ta moto au milieu de nul part et que, par miracle, tu tombes sur un « mécano » mais que tu dois toi-même bricoler car il ne comprend pas ce que tu veux, quand tu demandes trois fois ta route, et qu’on t’indique trois directions différentes, quand t’es toujours obligés de préciser « no spicy » quand tu commande à manger, quand tu t’arrêtes dans un village pour faire une pause et qu’une émeute se forme autour de toi, quand tu te sens mal à l’aise car tout le monde veut faire une photo avec toi, quand tu te fais souvent alpaguer par les vendeurs ambulants, quand tous les yeux sont braqués sur toi sans aucune discretion, quand y’a des jours ou t’es fatigué et que tu voudrais juste faire une grasse mat’ mais que le ballet des tuktuk a déjà commencé depuis 5h, quand le gars voit que tu comprends pas sa langue mais qu’il insiste, quand un camion arrive en contre sens sur la route, quand t’en peux plus des 42 degrés à l’ombre … 

 

Mais en choisissant d'être positif et ouvert, tu verra les choses différemment :

 

Parce qu’au chauffeur de taxi, on lui dit « pas de souci » et on lui indique la route avec notre propre GPS et au final, ce moment d'échange est marrant, parce qu’en voyageant à moto à travers l’Inde on croise des éléphants sauvages, parce qu’avec le mécano, on rigole de la situation, parce qu'en se perdant en route, on tombe sur de beaux endroits imprévus, parce qu’au resto on fait des découvertes culinaires quotidiennes et que le voyage passe aussi par ça, parce que dans ces villages où on s'arrête, on nous offre le thé, parce que parmi ces gens qui vont vouloir faire des photos avec nous, certains vont prendre le temps de discuter et de s’intéresser à notre vie, parce que quand on prend le temps de parler avec ces personnes qui cherchent à nous vendre quelque chose, on fait parfois de belles rencontres, parce que quand on se motive à bouger même quand on est fatigué au final, on fait d’incroyables découvertes, parce que parmi ces gens qui nous fixent du regard, il y a toujours des enfants, des femmes, avec qui un simple sourire échangé peut illuminer notre journée.

 

L'Inde est une grande pièce de théâtre dans laquelle les acteurs ne cessent jamais de jouer : tu peux rester assis à contempler la vie suivre son cours pendant des heures, il s’y passe toujours quelque chose d’intéressant.

 

Ce pays te rend dingue parfois. Fatigué, souvent. Mais il te manque à la seconde même où tu le quittes. Il a cette faculté à laisser sa trace en toi, à l'encre INDELEBILE. Difficile d'en expliquer les raisons. C'est un sentiment. Une sensation. L'Inde se vit, se sent et se ressent. Et surtout, l'Inde est dépaysante ! Pour notre plus grand bonheur ! 

Notre voyage en 4 épisodes




En ce moment, nous sommes par ici :


Suivez-nous ici aussi !